Photo Olivier Cor

par Olivier Cor

Directeur agronomie


Et si le sol fonctionnait comme un moteur de voiture ?

1 - Qu'est-ce que l'humus

L’humus est une terre de surface contenant bien l’humidité et riche en nutriments résultant de la lente décomposition des matières organiques et végétales. L’humus peut prendre différentes formes selon son état de biotransformation et, à bien des égards, est essentiel à la vie du sol et des cultures puisqu’elle fournit un lot constant d’oligo-éléments, de nutriments et d’humidité aux plantes.

Un sol riche en humus est généralement grumeleux et très foncée.

« On peut avoir dans un sol de la matière organique, d’origine animale ou végétale, très récente, comme des matières organiques âgées de plus de 7 000 ans ! », indique Olivier Cor, responsable agronomique chez Lallemand Plant Care.

« La qualité et la vitesse à laquelle on obtient de l’humus dépendra beaucoup de la façon dont les sols sont travaillés, de leur composition, du climat, de l’environnement ou encore de la couverture végétale qui conditionne en grande partie la nature de la matière organique présente dans le sol », poursuit-il. Par exemple, une composition initiale de matière organique riche en azote améliorera la décomposition alors qu’une présence de matières acides la rendra plus difficile.

Cette transformation (ou minéralisation) de la matière organique « fraîche » jusqu’à l’humus, de couleur bien noire, s’appelle « la chaîne d’humification ».

2 - Qu'est-ce que l’humification

L’humification correspond à une réorganisation des débris organiques sous l’action des micro-organismes : des champignons d’abord, qui cassent les solides chaînes carbonées, et ensuite sous l’action des bactéries. Un fois la matière organique totalement dégradée, on obtient un humus raffiné majoritairement composé d’acides humiques, noirs ou gris, et d’acides fulviques; des molécules riches en carbone.

Ces nombreux micro-organismes vivants qui sont impliqués dans ce processus ont donc une importance majeure, impactant la dynamique et la vitesse de dégradation du carbone dans le sol.

D’un point de vue biochimique, « tout tourne autour du cycle du carbone, mobilisé par la plante, dégradé puis réintégré. Dans un sol, le carbone est l’élément vital qui, tel un carburateur automobile, fera bien tourner le moteur ou non selon les cas ! ».

« Tous ces petits êtres vivants vont faire « tourner » plus ou moins vite ce moteur carbone; la matière organique étant le réservoir ». Gérer la matière organique, c’est donc gérer la richesse et la vie de son sol. Si vous ne leur donnez pas à manger en quantité suffisante et au moment où ils en ont besoin, le moteur calera !

Restez informés

Recevez du contenu par courriel.

Stay in the loop

Génial! Vous êtes abonné à notre liste.

Parlez-nous un peu plus de vous. Nous adapterons nos e-mails à vos préférences.

Stay in the loop - part 2
VOS INTÉRÊTS *