Photo Olivier Cor

par Olivier Cor

Directeur agronomie


À quoi sert l’humus, comment fonctionne la transformation de la matière organique dans le sol et quel est son rôle en agriculture.

Qu’est-ce que l’humus et comment se forme-t-il ? Suivre son élaboration à travers la transformation des matières organiques dans le sol permet de mieux comprendre son rôle clef dans tous les sols y compris agricoles.

1 - D’où vient l’humus ?

L’humus est formé des résidus stables issus de la décomposition des matières organiques fraiches végétales, animales ou provenant des microorganismes sous l’action combinée des animaux (macro et microscopiques), végétaux et microorganismes du sol.

L’humus est un mélange complexe extrêmement varié en termes de composition, couleur, odeur. Il en effet dépendant des sources organiques, de la faune et flore du sol ainsi que des conditions du milieu (pH, température, conditions hydriques …).

Comme illustré ci-dessus, les matières organiques constituent une source alimentaire essentielle pour tout l’écosystème du sol, l’humus étant le résidu stable résultat de cette « digestion » par le sol. Digestion qui permet le recyclage de tous les éléments hormis ceux que l’on retrouve dans l’humus.

2 - Garde-manger des plantes

Olivier Cor, directeur agronomique chez Lallemand Plant Care nous explique que lors d’un apport d’engrais azoté par exemple, la plante est alimentée directement par cet apport, mais pour seulement 30 à 50% de ses besoins.

Ceci pour deux raisons majeures :

  • Il y a compétition entre la plante et tous les autres êtres vivant du sol,
  • L’apport est ponctuel et la plante ne peut absorber tout l’engrais au moment où il est apporté et elle a des besoins avant et bien après l’apport d’engrais.

C’est pourquoi les engrais ne sont que les apports complémentaires d’une nutrition de base fournie par le sol.

Seuls, ils sont loin d’être suffisants pour satisfaire les besoins des plantes : « La matière organique, réorganisée au cours du processus d’humification est une source primordiale d’azote pour la plante, qui lui permet de s’alimenter régulièrement dès qu’elle en a besoin et pas uniquement au moment de l’apport d’engrais», poursuit l’agronome.

Pour Olivier Cor, cette notion est même essentielle en agriculture, voire plus importante que les apports d’engrais minéraux, car c’est ce qui permettra (ou non !) d’atteindre un bon rendement pour la culture.

« Et si l’on s’amusait à comparer les quantités d’azote apportées par l’humus et par les engrais, le stock d’azote de l’humus équivaudrait à plusieurs semi-remorques d’ammonitrate » s’amuse celui-ci.

Lors de l’humification, des éléments minéraux sont libérés. Cette minéralisation des matières organiques est principalement réalisée par les microorganismes du sol qui en mobilisent une grosse partie avant de les rétrocéder aux plantes.

Il faut garder en tête que dans le sol, il n’y a pas l’humus et les matières organiques d’un côté et les engrais minéraux de l’autre. Tout est intimement lié.

« Indirectement, la matière organique donne de l’efficacité aux engrais minéraux, comme on équilibre les rations fourragères entre fourrage grossier et compléments minéraux pour les animaux », complète l’agronome.

3 - Structuration du sol, circulation et stockage des gaz et de l’eau

L’humus, partie la plus stable des matières organiques se lie étroitement avec la matrice minérale du sol et en particulier les argiles, formant des assemblages structurés appelés couramment « complexe argilo-humique » CAH.

Ces particules sont globalement chargées négativement et ensemble, elles vont créer un champ électrique dans la solution du sol.

C’est l’ensemble de ces champs électriques qui provoquent l’orientation des particules et qui explique le fait que les ions solubles comme le nitrate chargé lui aussi négativement soit repoussé loin des particules solides ce qui le rend très mobile dans le sol et fait qu’il peut être si facilement entrainé par l’eau du sol. À l’inverse, les ions positifs en solution comme le calcium ou la potasse vont rester à proximité des particules CAH où le champ électrique est le plus fort.

Ces particules, par leur capacité à se lier entre elles, structurent le sol créant des micro et macroporosités. C’est  un véritable labyrinthe qui permet à l’air et à l’eau de circuler dans le sol.

Cette structure assure également au sol une stabilité vis-à-vis des agressions extérieures : pluie, compactions entraînées par le passage d’engins agricoles…

« Un sol bien équilibré en matières organiques par des apports réguliers va donc se restructurer de lui-même et plus rapidement, en cas par exemple de passage d’engins agricoles, explique Olivier Cor.

Les matières organiques et la flore et faune associées lui confèrent aussi plus de résistance naturelle aux différents stress et pas seulement mécaniques : pluies importantes, sécheresse, érosion

4 - L’humus et l’eau du sol

L’humus et surtout la chaine d’humification/ minéralisation est essentielle pour obtenir une structure du sol pérenne qui assure une bonne pénétration et circulation de l’air de l’eau et une bonne colonisation racinaire.

Ce sont ces éléments combinés avec la vie du sol qui vont assurer une bonne exploitation du sol par des racines saines et bien approvisionnées en eau et minéraux.

« Il est faux de dire que la matière organique est une pompe à eautient-il à préciser. Au contraire, elle lui permet de circuler et donc de se répartir rapidement dans le volume de sol, limitant les risques de ruissèlement et favorisant son stockage même en cas de pluies violentes ! ».

Le CAH, qui retient à sa proximité, dans la solution du sol, les cations échangeables (Ca2+Mg2+K+Na+…) protège également les sols des risques de pertes par lixiviation, pertes préjudiciables aux plantes et donc à l’agriculteur, mais également à l’environnement donc pour nous tous !

Les matières organiques servent à alimenter les plantes et les microorganismes du sol : sans matières organiques, pas d’être vivants qui la dégradent, donc pas de cycle du carbone fonctionnel, plus de plantes et un taux de CO2 non maitrisable… Un retour aux tous débuts de l’histoire de notre terre.

 Les vers de terre, crustacés et insectes jouent également un rôle fondamental dans la production, la structuration, l’entretien et la productivité des sols agricoles. Ils ont également besoin de matière organique fraîche ou décomposée pour se nourrir et comme lieu de vie.

 

Restez informés

Recevez du contenu par courriel.

Stay in the loop

Génial! Vous êtes abonné à notre liste.

Parlez-nous un peu plus de vous. Nous adapterons nos e-mails à vos préférences.

Stay in the loop - part 2
VOS INTÉRÊTS *